home
 Editorial
 Tour Med Eau
 Charte Nationale /PEA-AGIR
 PAC MAROC
 Communiquons pour AGIR
 Atelier CESP OAPN
 
 EDUCATION ENVIRONNEMENTALE
 RIF CENTRAL
 Tourisme de peche
 
 Journee Delphis
 la mer qui nous unit
 PNAH
 Contact
 Bibliotheque
 
 PECHE ARTISANALE
 Radio
 Action Pilote Souani
 PALANGRIERS
 BALBUZARDS


login

    

AGIR

GESTION INTEGREE RESSOURCES  



 

Le bassin versant du Barrage Al Wahda un écosystème aussi riche que fragile

Zone très male connue ou impénétrable du Maroc le versant Atlantique du Rif et son

enchaînement, géographique le prérif est certes d’une incroyable richesse écologique en terme de

biodiversités et d’endémismes. Ecosystème trop fragile la forte pression anthropique a fortement

accentué sa rapide dégradation.

Par contre les caractéristiques bioclimatiques de ce versant font de lui le vrai potentiel en eau de ce

pays, « notamment à cause des changements climatiques »» édifiant ainsi les véritables affluents

du bassin de Sebou.

Il n’en demeure pas moins que si cette richesse en eau est assez bien mise à profit en aval ; elle

reste encore très mal exploitée en amont et nécessite donc une vraie stratégie pour son

administration afin d’assurer la pérennité d’un vrai développement de cette zone.

 

le Maroc est un pays riche par sa

géomorphologie, qui lui a permis de gagner en

altitude ce qu’il a raté en latitude , et sa vraie

richesse , c’est son énorme potentiel en eau ,

cependant on doit se rendre compte aussi que

notre biogéographie à zonage très serré , fait

que cet écosystème est d’une fragilité extrême,

vis-à-vis de la pression sur les forets , tel la

disparition irréversible d’étages forestiers

entiers « chênaie , et cédraie », mettant en

péril l’avenir d’une très dense population

vivant en montagnes , qui se trouve déjà

affrontée à un sol appauvri voir directement à

la roche mère à cause de l’érosion intense du

Rif considérée en première position à niveau

Mondial .

Le problème est d’une cruelle gravité, en ce qui

concerne la dissipation des ressources et

richesses, à cause d’une exploitation

maladroite, à l’origine de l’appauvrissement

continu de nos zones rurales, contribuant

constamment à une qualité de vie médiocre des

populations rurales. Sans parler des

complications d’exodes non contrôlées vers les

villes.

 

Le mot développement durable n’est pas un

slogan vide scandés ici et là ; c’est plutôt un

concept concret que l’on devrait mettre en

application sur le terrain afin d’organiser les

activités quotidiennes des populations et en les

aidant à mettre en oeuvre une économie locale

qui leur sera utile de manière permanente tout

en contribuant à l’essor économique globale du

pays.

La vraie ressource du pays c’est sa

richesse engendrée par sa biogéographie

spéciale , qu’il faudrait dynamiser en

protégeant les interconnexions de nos

écosystèmes depuis les montagnes vers les

plaines, cotes et littoral, le mot d’ordre serait :

la restauration de tous les paysages forestiers ,

opération qui devrait se faire par un effort

gigantesque de reboisement intense , par des

espèces autochtones dans les hautes montagnes

ou agro forestiers spécialement l’olivier qui en

plus de protéger le sol , contribue dans

l’économie des populations rurales, sommes

nous réellement préparés à cela ?!!.